Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le carton à dessins de Flo

Florence Dellerie | Illustrations scientifiques, naturalistes et documentaires

Comment aider les oiseaux en hiver ?

Publié le 28 Novembre 2014 par Florence DELLERIE

Citation du jour :
"L'oiseau a son nid, l'araignée sa toile, et l'homme l'amitié."
William Blake


Il existe de très nombreuses manières d’aider les oiseaux au jardin. Du geste le plus simple au plus élaboré, à la campagne ou en ville, tout est bon à prendre pour donner un petit coup de pouce à ces beaux animaux indispensables à la biodiversité.

rouge-gorge dellerie aquarelle 

Bannir les produits phytosanitaires
N’utilisez aucun produit phytosanitaire dans votre jardin ou dans votre maison. Ni pesticide, ni engrais chimique, ni désherbant. En plus d’être inutiles et de coûter cher, ces produits tuent les insectes, les arachnides, les mollusques, les crustacés terrestres, et portent donc préjudice aux oiseaux insectivores, aux amphibiens, aux hérissons, et à toute la faune du jardin. Ils appauvrissent les terres, polluent l’eau et sont néfastes pour la santé (y compris la vôtre).

Installer des mangeoires
Vous pouvez mettre de la nourriture à disposition des oiseaux. On pourrait penser qu’il est inutile ou qu’il n’est pas « naturel » de nourrir les oiseaux en hiver. Mais malheureusement, l’urbanisation, l’utilisation de pesticides, le « nettoyage » des jardins, ou la raréfaction des haies sont autant de facteurs qui nuisent aux oiseaux depuis des décennies à cause de l’homme, et qui prennent de l’ampleur chaque année. Le nourrissage permet de compenser cet état de fait.

Commencez le nourrissage aux premières gelées (en novembre, selon la région). Pour éviter la dépendance, arrêtez au printemps.

Placez les mangeoires en hauteur, à l’abri des prédateurs (en particulier les chats).

Mettez à disposition, de préférence, des graines de tournesol, des mélanges de graines, ou des boules de graisses végétales que l’on peut trouver dans le commerce. De préférence bio, car les résidus de pesticides sont néfastes. Vérifiez également la présence d’huile de palme dans la composition des boules de graisses, et n’en achetez pas si ces dernières en contiennent. Vous pouvez également leur donner des amandes, des cacahuètes (très riches en protéines et en lipides). Ne donnez pas de pain, de biscotte, d’aliments cuits ou de graisses animales. Les graines de lin et de ricin sont également toxiques pour eux.

Vous pouvez également placer de petites coupelles d’eau à leur disposition (pensez à vérifier qu’elles ne sont pas gelées en hiver). Ne donnez jamais de lait. Le lait de vache est destiné au veau, il est néfaste pour toutes les autres espèces (y compris l’homme). Il provoque chez les oiseaux et chez d’autres animaux, comme le hérisson, des diarrhées potentiellement mortelles.

Nettoyez régulièrement les mangeoires si ces dernières sont susceptibles d’être couvertes de fientes, de graines moisies, etc.

Installer un nichoir
Face au manque croissant d’arbres et d’abris divers pour nicher, il est utile d’installer un nichoir. On peut le fabriquer soi-même, à condition de ne pas utiliser de bois traité. Il faut penser à le nettoyer à la fin de la mauvaise saison. De nombreux modèles sont disponibles dans le commerce.

Laisser en place les « mauvaises herbes »
En hiver, nous avons tendance à « nettoyer » nos jardins, en coupant ou en arrachant certaines plantes. Pourtant, nombreuses sont celles qui contiennent des graines bien utiles aux oiseaux pour se nourrir ! Essayez de laisser dans votre jardin une partie « sauvage », non entretenue, qui fera le bonheur de toute la faune du jardin.

Planter des haies et des arbres
Les haies sont d’une importance capitale pour les oiseaux. Elles leur offrent un abri toute l’année, et de la nourriture en abondance lors de la mauvaise saison. Privilégiez les essences qui offrent des baies consommées par les oiseaux :
Pyracantha (Pyracantha talantoïdes), Fusain d'Europe (Euonymus 'Red Cascade'), Rosier rugueux (Rosa rugosa), Houx (Ilex aquifolium 'Alaska'), Lierre arborescent (Hedera helix 'Arborescens'), Mahonia ( Mahonia aquifolium), Cotoneaster (Cotoneaster Lactea),  etc.

Les arbres fruitiers (comme les pommiers par exemple) ou les conifères leur seront également d’un grand secours.

Installer un petit tas de bois
Un tas de bois mort, laissé en permanence dans le jardin, permet d’accueillir de très nombreux insectes dont les oiseaux sont friands. Mésange, sittelle torchepot, grimpereau des jardins et troglodyte mignon se régaleront des larves xylophages qu’il abrite. Ce dispositif permet également de donner un petit coup de pouce aux hérissons.

Créer un petit tas de sable
Ce dernier sera bien utile à certains oiseaux pour faire leur toilette et se débarrasser des parasites.

Créer un point d’eau
Plus complexe, la création d’une mare ou d’une fontaine est pourtant un grand avantage. Elle permet d’attirer certains insectes ; les oiseaux pourront s’y nettoyer les plumes, et s’y abreuver.

Au travail ! :)

commentaires

Illustration animalière : Saumon Atlantique à l'aquarelle

Publié le 13 Novembre 2014 par Florence DELLERIE dans Art animalier

Citation du jour :
"La gentillesse est la noblesse de l'intelligence."
Jacques Weber


Voici une nouvelle illustration de poisson réalisée pour l'association LOGRAMI, qui protège les migrateurs et leur milieu naturel. Il s'agit de Salmo salar, le Saumon Atlantique. 

Cette espèce est en régression continue à cause de sa surpêche dans tous les cours d'eau de l'Atlantique Nord, malgré quelques efforts menés pour faciliter sa migration et la préserver. Les barrages l'empêchent également de remonter les cours d'eau pour se reproduire, et son élevage en pisciculture entraîne une promiscuité entre individus qui favorise l'apparition de maladies. Comme beaucoup d'autres poissons, il souffre également de la pollution des eaux.

Une solution pour palier au problème : ne pas le consommer !
 

saumon atlantique illustration dellerie 

A très bientôt ! :) 

commentaires